Audiovisuel : Audrey Pulvar, journaliste de gauche payée par les contribuables ?

Publié le par La vérité depitée

Le CSA saisi du cas d'Audrey Pulvar

 

Geoffroy Didier, conseiller régional UMP d'Ile-de-France, a saisi aujourd'hui le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) afin qu'il se prononce sur "l'éventualité de comptabiliser, dans le temps de parole" de François Hollande, "les interviews politiques d'Audrey Pulvar dans les médias audiovisuels". Compagne d'Arnaud Montebourg, elle est journaliste à France Inter et officie chaque samedi sur France 2 dans l'émission "On n'est pas couché" de Laurent Ruquier.

 

Dans un courrier adressé à Michel Boyon, président du CSA, Geoffroy Didier explique que "comme élu de la République", il "considère curieux qu'une journaliste qui s'est affichée devant des caméras lors d'un meeting socialiste, une rose à la main, puisse prétendre interviewer de manière équitable les candidats à l'élection présidentielle dans la mesure où son engagement pour l'un d'entre eux est publiquement assumé".

 

[...] "Comme contribuable, je n'accepte pas que le service public soit instrumentalisé, à certaines occasions, par une militante déguisée en journaliste qui souhaite en faire une télévision d'opinion", conclut-il.

 

Source : lefigaro.fr

 

Damien Meslot, député UMP du Territoire-de-Belfort, a réclamé ce lundi à France Télévisions la mise en congés, durant la période électorale, de la journaliste, compagne d'Arnaud Montebourg.

 

Dans un communiqué, le député du Territoire-de-Belfort affirme qu'Audrey Pulvar, "à plusieurs reprises", a "utilisé le temps de parole des émissions de télévision dans lesquelles elle doit exercer son métier de journaliste pour critiquer ouvertement le bilan de Nicolas Sarkozy". Selon lui, "il est clair qu'Audrey Pulvar est rentrée en campagne électorale aux côtés d'Arnaud Montebourg et de François Hollande puisqu'elle est apparue à plusieurs reprises dans des meetings de soutien à François Hollande".

 

Interrogée, Audrey Pulvar a aussitôt démenti cette affirmation. "Je n'ai jamais assisté à aucun meeting de François Hollande. Et depuis la primaire socialiste, je n'ai jamais assisté à aucun meeting politique de quelque candidat que ce soit". S'agissant de son apparition au côté d'Arnaud Montebourg au soir du premier tour de la primaire socialiste, la journaliste a précisé qu'il ne s'agissait pas d'un meeting politique mais "d'une réunion entre Arnaud Montebourg et quelques-uns de ses partisans".

 

Dans son communiqué, Damien Meslot "demande à France Télévisions de mettre en congés Audrey Pulvar des émissions qu'elle anime sur le service public de la télévision durant la période électorale". "Les Français n'ont pas à payer les tribunes politiques qu'Audrey Pulvar s'offre sur le service public de la télévision alors qu'elle est rémunérée pour exercer son métier de journaliste", ajoute-t-il.

 

Source : lexpress.fr

 

Audrey Pulvar: «Les choses ont changé à la télé»

 

Audrey Pulvar, chroniqueuse dans On n'est pas couché et dans la matinale de France Inter, est la cible régulière des critiques. La journaliste a choisi de s'expliquer dans un long entretien pour Les Inrockuptibles daté du 28 mars. Critiquée pour son « militantisme » et pour sa relation avec un des ténors du Parti Socialiste, Arnaud Montebourg, Audrey Pulvar pense « plusieurs fois par jour » à quitter la télé. « Cette agitation permanente me fatigue vraiment, explique-t-elle. C'est éprouvant et fatigant. Tout ce que je dis est retenu contre moi. Quel que soit le sujet, la façon dont je l'aborde, il y a toujours quelqu'un pour me reprocher quelque chose ».

 

« La gauche, c'est plus que le PS »

La journaliste « assume » être de gauche mais « n'autorise personne à dire [qu'elle est] pro-Parti Socialiste ». Audrey Pulvar précise ce qu'est la gauche : « La gauche, pour moi, c'est beaucoup plus que le Parti socialiste [...] Je ne suis pas allée voter à la primaire socialiste [...] D'ailleurs, je ne sais toujours pas pour qui je vais voter... »

 

Source : http://tvmag.lefigaro.fr

 

 

uo.jpg

 

Publié dans Culture

Commenter cet article