Audiovisuel : Le père de Michel Drucker, collaborateur nazi ?

Publié le par La vérité depitée


 

 

Ses parents – Abraham Drucker, natif du village de Davideni, en Roumanie, et Lola Schafler, de Vienne, en Autriche – arrivent en France en 1925 et sont naturalisés en 19371. Son père s’installe comme médecin de campagne dans le département du Calvados, à Saint-Sever-Calvados, puis à Vire. Pendant la Seconde Guerre mondiale, arrêté suite à une dénonciation en 1942, il est fait prisonnier à Compiègne, puis devient médecin-chef du camp de Drancy. Il accompagne Aloïs Brunner à Nice : « Dans leurs fourgons, les SS avaient emmené une partie du personnel interné de Drancy, dont le docteur Abraham Drucker, médecin-chef du camp. Un “physionomiste” faisait également partie de l’équipe [...] Au cours de nombreuses chasses à l’homme conduites dans les rues de Nice, les nazis se faisaient accompagner par des “spécialistes” juifs chargés de vérifier, sous les porches des immeubles, si les hommes interpellés étaient circoncis ou non. » De ses trois années de captivité, Abraham Drucker gardera de très mauvais souvenirs, et il n'ira jamais voir son fils Michel à Compiègne lorsque celui-ci y fera son service militaire. Le 23 février 2008, Michel Drucker assiste à l'inauguration du Mémorial de l'internement et de la déportation, que l'on a créé dans cet ancien camp.

 

Après l'arrestation d'Abraham Drucker, son épouse, enceinte (de Michel), accompagnée de Jean (son fils aîné), se fait contrôler sur le quai de la gare de Rennes par un officier de la Gestapo. Intervient alors un homme qu'elle ne connaît pas, Pierre Le Lay (père de Patrick Le Lay), chargé d'aller la chercher et qui, en allemand, dit à l'officier allemand qu'il s'agit de son épouse, lui sauvant ainsi probablement la vie.

 

Source : wikipédia.org

 

Publié dans Culture

Commenter cet article