Economie : La réduction des salaires du gouvernement, véritable tour de passe-passe politique de Hollande

Publié le par La vérité depitée

542108_451399644889268_192672454095323_1646707_1773381945_n.jpg

 

La première mesure annoncée par le premier ministre, Jean Marc Ayrault dès sa nomination est la réduction de 30% du salaire des ministres. Cette annonce est-elle une véritable mesure d’économie ou bien n’est-elle que de la fumée pour cacher l’augmentation des coûts liée au nombre des ministres ?

 

La première question qui se pose est la suivante : « Combien gagne un ministre ? » Bien malin celui qui pourrait répondre à cette question, les méthodes de calcul étant tellement alambiqués qu’il est pratiquement impossible de savoir. Un décret du 6 Aout 2002 à mis en place une règle : le montant du traitement brut mensuel d'un ministre ou d'un ministre délégué est "égal au double de la moyenne du traitement le plus élevé et du traitement le plus bas perçu par les fonctionnaires occupant des emplois de l'Etat classés dans la catégorie "hors échelle"". Et pour les secrétaires d'Etat, "il est égal à 1,9 fois cette même moyenne". Le Premier ministre perçoit quant à lui un traitement égal à celui des ministres majoré de 60 %.

 

Que comprend le salaire du ministre ?

 

Après calcul, il apparait donc que le montant de ce salaire de ministre (début 2012) est de 14 200 € bruts par mois qui comprend une indemnité de base (11 029,36 €), une indemnité de résidence (330,88 €) et une indemnité de fonction non imposable (2 840,05 €). Notez que la réduction ne porte que sur l’indemnité de base et pas sur le reste.

 

Vient ensuite le remboursement des frais professionnels. En plus du traitement mensuel, le Premier ministre définit "par décisions individuelles" une "allocation mensuelle pour frais d'emploi" à chaque ministre, "au moins égale à l'indemnité représentative de frais de mandat des parlementaires dont le montant est revalorisé comme les traitements de la fonction publique". Comme on peut le voir cette indemnité est attribuée au gré du premier ministre et ne peut être inférieure à celle des députés (environ 6000 euros mensuel). Bien sur cette allocation n’est pas soumise à l’impôt et n’est pas impactée par la réduction annoncée.

 

Pour terminer, il faut ajouter à ces traitements deux éléments importants qui sont :

 

1 - Les avantages en nature, au même titre que les parlementaires. Pour les déplacements, ils disposent de voitures avec chauffeur. Ils ont aussi un accès gratuit au réseau SNCF (en 1er classe) et des quotas de déplacements aériens. Ces avantages en nature ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu ni aux cotisations sociales obligatoires. Et lorsque les ministres quittent le gouvernement, ils perçoivent leur traitement pendant six mois.

 

2 - Cumul : Les membres du gouvernement  peuvent percevoir au titre de leurs mandats locaux  la moitié de l'indemnité parlementaire, soit 2 757,34 euros. Il est à noter que la plupart des ministres nommés aujourd’hui cumulent les mandats et pourront donc à ce titre cumuler les indemnités qui elles ne seront pas touchées par la réduction de salaire.

 

Le salaire d’un premier ministre est lui de 60% supérieur à celui d’un ministre.

 

Quelle économie pour quel ministère ?

 

En faisant un rapide calcul, comparant le précédent gouvernement FILLON et celui d’aujourd’hui que constate-t-on. Le dernier gouvernement FILLON était composé de 15 ministres, de 7 ministres délégués et de 7 secrétaires d’état. Bien que Nicolas Sarkozy ait annoncé en début de quinquennat un gouvernement resserré, certains à gauche trouvaient à redire. Les critiques allaient bon train chez nos confrères pour affirmer que Nicolas Sarkozy ne tenait pas ses promesses électorales, que son gouvernement était important en nombre de ministres.

 

Le gouvernement venant d’être nommé par François Hollande ne se compose de rien moins que de 20 ministres et de 16 ministres délégués, c'est-à-dire 36 personnes au lieu de 29. On le voit tout de suite les économies ce n’est pas maintenant.

 

Annoncer dans cette situation que les mesures d’économie drastiques de la gauche commencent et que les salaires des ministres seront diminués de 30% ressemble vraiment à une annonce pour endormir l’électeur. L’augmentation de la masse globale des coûts  de ce gouvernement (une fois la réduction appliquée) avoisine 40%, sachant qu’il n’y a plus de secrétaires d’état (tous ministres) que nombreux sont ceux qui sont députés et qui demanderont le cumul de leur indemnité et qu’enfin le nombre de ministres est pléthorique pour la période difficile que traverse la France.

 

Nous assistons donc à un véritable tour de passe-passe politique qui va faire croire au Français, avant les élections législatives, que notre nouveau président est le spécialiste des économies d’état. Il faut ajouter que certains de ces ministres ne seront pas reconduits après la composition de la majorité suivant l’échéance du 17 Juin, mais ils continueront à toucher leur salaire même diminué.

Il est bien évident que le nombre de ministre et de ministères et directement lié au nombre des collaborateurs travaillant pour ces ministres. Si l’on estime à minima le nombre de 15 personnes assistant la fonction de ministre, ce sont plus de 110 personnes qui viendront grossir les rangs des employés de ministres. François Hollande tient ses promesses sur l’augmentation de nombre de fonctionnaire, la machine est lancée.

 

Par Patrick Crasnier

Source : www.apre.fr

 

                                         

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article