International : Le premier ministre australien contre le communautarisme

Publié le par La vérité depitée

"Ce sont les immigrés et non les Australiens qui doivent s’adapter."

 

Le 1er ministre d’Australie Julia Gillard s’est exprimée ainsi le 8 décembre 2010 sur l’Islam, la sharia’h et l’immigration. « Les Musulmans qui veulent vivre sous la loi islamique peuvent partir ». Le gouvernement australien vise les éléments radicaux et cherche à décourager toute velléité d’attaque terroriste. J Gillard a inquiété des Australiens musulmans quand elle a dit qu’elle soutenait les agences qui surveillaient les mosquées du pays.

 

« Je suis fatiguée de ces gens qui se préoccupent de savoir si nous avons offensé un individu ou sa culture. Depuis les attaques terroristes de Bali, nous avons assisté à une recrudescence du patriotisme chez la majorité des Australiens. Notre culture s’est développée à travers 2 siècles de luttes, d’épreuves et de victoires menées par des millions d’hommes et de femmes qui cherchaient la liberté.

 

Nous parlons surtout l’Anglais, pas l’espagnol, ni l’arabe, ni le chinois, ni le japonais, ni le russe, ni aucun autre langage. C’est pourquoi, si vous voulez faire partie de notre société, apprenez notre langue !

 

La plupart de Australiens sont croyants – pas moi. Il ne s’agit pas d’une offensive politique de la droite chrétienne, mais un fait, la réalité, car ce sont des Chrétiens et des Chrétiennes, se basant sur des principes chrétiens, qui ont construit cette nation, et cela est très clairement établi. Et il est certainement très approprié de l’afficher sur les murs de nos écoles. Si notre Dieu vous offense, je vous suggère d’aller chercher ailleurs dans le monde un nouveau foyer, car notre Dieu fait partie de notre culture.

Nous acceptons vos croyances sans nous poser des questions. Tout ce que nous demandons, c’est que vous acceptiez les nôtres, pour vivre en harmonie et jouir de la paix ensemble.

 

C’est cela notre pays, notre terre et notre mode de vie, et nous vous permettons de jouir de tout cela, en toute occasion. Mais si vous continuez à vous plaindre, à maugréer et à râler à propos de notre drapeau, de notre serment, de nos croyances chrétiennes, de notre façon de voir la vie, je vous encourage vivement de saisir l’opportunité de la grande liberté que nous avons en Australie, celle du « droit de partir ». Si vous n’êtes pas heureux ici, alors partez ! Nous ne vous avons pas obligés de venir ici. Vous avez demandé à venir. Alors acceptez le pays qui vous a accepté ».

 

Par Julia Gillard, 1er ministre d’Australie

Samedi 18 décembre 2010

 

 

Source : www.europe-israel.org

 

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article