Politique : La Corrèze de Hollande très endettée

Publié le par La vérité depitée


 

Avec environ 1400 euros de dette par habitant, le département de la Corrèze est l'un des plus en difficulté de France. Le président du conseil général François Hollande n'en fait pas mystère, même s'il n'a pas forcément apprécié d'entendre sa concurrente et ancienne compagne Ségolène Royal dire et répéter que la Corrèze était le département le plus endetté de France. Pendant la campagne des élections cantonales de 2008, qui a vu l'ancien département de Jacques Chirac (où siège toujours son épouse Bernadette) basculer à gauche, François Hollande s'est engagé à ne pas augmenter la taxe foncière, dernier levier pour lever les impôts depuis la disparition de la taxe professionnelle. Pour pallier la diminution des ressources, le département a divisé par deux son budget d'investissement. À droite, on s'interroge surtout sur la pertinence des choix du nouveau président du conseil général: François Hollande a décidé en 2010 d'équiper chacun des nouveaux élèves de 6e et leurs enseignants d'un iPad. Soit un total de 3300 tablettes numériques pour un budget de 1,5 million d'euros.

 

«C'est un investissement que nous assumons pleinement, rétorque Dominique Ceaux, le directeur général des services départementaux de Corrèze. Un million et demi, c'est l'équivalent de 500 mètres de route. Nos collègiens ne le méritent-ils pas ?» Au conseil général, la majorité socialiste rapelle également que le département était déjà le plus endetté de France avant qu'il ne bascule à gauche. «La majorité précédente a par exemple décidé la rénovation de maisons de retraites sans contrepartie alors qu'il aurait fallu que ces travaux, payés par le département, bénéficie aux Corréziens, par exemple en imposant une diminution de forfaits», estime Dominique Ceaux qui insiste également sur l'explosion des prestations sociales «qui ne sont que très partiellement compensées par Paris». «Cette année, les compensations versées par l'Etat sont de 11 millions d'euros inférieures aux dépenses qu'il nous a transféré», poursuit-il. Soit l'équivalent de la dotation exceptionelle que va recevoir la Corrèze.

Source : lefigaro.fr / le 29/09/2011

Publié dans Politique

Commenter cet article