Politique : Pourquoi le "clan Chirac" veut abattre Sarkozy

Publié le par La vérité depitée

De même que le trio Chirac-Pasqua-Marie-France Garaud avait fait voter Mitterrand en 1981, il apparaît maintenant établi que la galaxie Chirac a décidé de faire voter Hollande en 2012.

Un certain nombre de proches de Jacques Chirac critiquent ouvertement Nicolas Sarkozy
 

Le doute n’est plus permis. Aux seules exceptions –il est vrai notables- de Bernadette Chirac, qui reste invariablement fidèle à Nicolas Sarkozy, et d’Alain Juppé (perçu comme le Premier ministre que choisirait Nicolas Sarkozy en cas de réélection), le camp Chirac va voter et faire voter Hollande le 6 mai. Certains –les plus nombreux désormais- le disent ouvertement. D’autres le font comprendre à mots (à peine) couverts. Derniers faits marquants en ce sens : outre l’extraordinaire discrétion du ministre des Finances François Baroin (qui est, en, quelque sorte, le « fils » que Jacques Chirac n’a jamais eu), la présence dimanche au meeting de François Hollande à Bercy de l’ex-ministre de la Culture, Jean-Jacques Aillagon, vieil ami personnel du couple Chirac, et les formules littéralement assassines utilisées contre le candidat Sarkozy par le milliardaire François Pinault, ami de toujours des Chirac. Des formules rapportées samedi par Le Monde.

Sarkozy comparé à… Hitler

« Il perd la pédales. Il est cuit. C’est comme dans le bunker de 1945 » : tels sont, en effet, les mots –d’une rare violence puisque le bunker de 1945, c’était, excusez du peu, celui de Hitler- prononcés par François Pinault et visant l’actuel chef de l’Etat. A ce degré-là, on finit par se poser des questions. Mais, dans l’interview qu’il a accordée la semaine passée au Monde, l’ancien Premier ministre Dominique de Villepin avait été lui-même, il est vrai, d’une rare cruauté en se déclarant « inquiet » du projet du candidat Hollande mais « effrayé » par la campagne menée par le candidat Sarkozy. Certes, Villepin n’a pas donné pour le moment de consigne de vote, mais le message est clair : n’importe qui plutôt que Sarkozy. Or on sait déjà –au-delà de démentis embarrassés- que Jacques Chirac, que sa fille Claude, que son gendre Frédéric Salat-Baroux s’apprêtent à voter Hollande (sauf si « Bernadette » utilise autrement la procuration de son mari). Et, parmi les ministres et élus, certains prennent ostensiblement du recul quand d’autres envisagent, à leur tour, de se manifester.

Et si l’UMP tendait la main au FN ?

Que cache l’extraordinaire violence –froide, donc calculée- de Dominique de Villepin et maintenant d’un François Pinault ? Il y a trois explications possibles, qui peuvent se compléter. Explication n°1 : c’est l’heure du règlement de certains vieux comptes. Explication n°2 : les jeux sont « faits », et « on » prend date pour l’avenir. Explication n°3 : ces gaullistes-là craignent que Sarkozy, réélu ou battu, n’aille demain plus loin dans son opération de reconquête de l’électorat du Front national, et tende carrément la main à Marine Le Pen pour une vaste opération, à l’italienne, de rassemblement des droites. Une opération que les « purs » chiraquiens n’entendent cautionner sous aucun prétexte.

 
Par Dominique de Montvalon

Publié dans Politique

Commenter cet article

Michel 06/05/2012 13:24

France soir un journal adepte du FN, quel crédit peut-on lui donner?