Psychologie : Sarah White, la psychologue qui travaille nue

Publié le par La vérité depitée

Pour faire faire parler les hommes de leurs sentiments, une psychothérapeute new-yorkaise a décidé de se déshabiller au fur et à mesure de la séance.

 

Sarah White n'est pas une psychologue comme les autres. Âgée de 24 ans, elle a décidé de tester une méthode pour le moins originale pour aider ses patients à se dévoiler. Profitant de ses courbes avantageuses, elle pratique le striptease à chacune de ses séances. Elle enlève donc ses vêtements au fur et à mesure de l'heure de consultation, pour terminer dans le plus simple appareil.

 

"Pendant les séances, j'utilise le pouvoir de l'excitation pour vous faire gagner plus de contrôle sur votre vie. L'objectif est d'utiliser la nudité de sorte que vous puissiez mieux vous comprendre, vous et le monde qui vous entoure, pour que vous vous sentiez grand et puissant et parce que l'excitation ressentie pendant les séances peut vous conduire à ressentir plus d'excitation en dehors des séances", explique-t-elle sur son site internet.

 

Conséquence de cette strip-thérapie, sa clientèle n'est composée que d'hommes, allant de jeunes ayant des problèmes avec le sexe, jusqu'à l'homme d'âge moyen se posant des questions sur sa vie de couple. "Pour les hommes surtout, qui sont moins susceptibles de consulter un thérapeute que les femmes, ça rend les choses plus intéressantes, plus séduisantes. Il s'agit d'une approche plus inspirante à la thérapie", justifie-t-elle.

 

Néanmoins, Sarah White prend ses précautions. Les premières consultations se font uniquement sur Internet. C'est une fois que le contact avec le patient est consolidé que ce dernier est invité à consulter en personne : "L'objectif est de montrer aux patients que je n'ai rien à cacher, pour les encourager à être plus honnêtes. Pour les hommes, voir une femme nue peut vraiment aider à se concentrer, à regarder profondément en eux-mêmes et à dire ouvertement leur opinion."

 

Source : www.gentside.com

 

 

Publié dans Social

Commenter cet article